Avr 06

A l’Est de Limoges …

Aménagement routier, projets de contournement de Feytiat, de liaison à la RD 941 et à l’échangeur 36.

De ce qu’il ne faut plus faire à ce qu’on pourrait faire…

A l’approche de l’été 2017, les habitants de Feytiat ont été informés d’un projet de raccordement de la RD 979 à l’échangeur 36 de l’A20 porté par l’agglomération. Ils ont pu aussi apprendre l’existence d’un projet de contournement de Feytiat par une déviation de la RD 979 et d’un raccordement à la RD 941 porté par le Conseil Général.

(Extrait du dossier de concertation du conseil départemental 87)

Ces deux projets ont été présentés par les instances politiques comme des projets d’intérêt public destinés à faciliter la mobilité des Feytiacoits. L’augmentation du trafic automobile présente et prévisible à l’avenir rendrait ces infrastructures nécessaires, selon les porteurs de ces projets. Comme le prévoit la loi, les deux institutions dirigées par le PS ont proposé des réunions dites de « concertation » afin d’informer la population de leurs décisions et de tenter de la persuader de leur intérêt.

Il est apparu très vite, aussi bien lors de la réunion du 10 juillet à la Mairie de Feytiat que lors de la réunion du 14 septembre à l’Hôtel du département que contrairement à ce que prétendent les élus, ces projets sont très discutables, aussi bien sur la forme que sur le fond. En effet, ils relèvent d’une conception autoritaire et très verticale du débat politique, et corrélativement, de l’aménagement du territoire, qui substitue des intérêts économiques très particuliers à la nécessité d’améliorer le cadre et les conditions de vie des habitants.

Visiblement, les leçons de Sivens et de Notre-Dame-de-Landes n’ont pas été tirées et nos élus continuent de décider, en petit comité, associés aux professionnels du BTP, des « Grands-petits projets inutiles » en passant au dessus des citoyens et des besoins réels des populations concernées. A l’heure du dérèglement climatique, des risques auxquels sont exposés les terres cultivables nécessaires à la relocalisation des cultures maraîchères, de la nécessité de préserver un cadre de vie agréable et de réduire la place de l’automobile dans les villes, ce projet a tout des archaïsmes technocratiques qui détournent les citoyens de la politique et de la nécessité de s’investir dans la vie démocratique locale.

  • Un texte de Laurent Paillard distribué à l’occasion d’un débat citoyen à Limoges le 26 février 2018
  • 1 – Une conception verticale de la démocratie
  • 2 – Une conception de l’aménagement du territoire aux conséquences catastrophiques
  • 3 – Pistes pour des solutions alternatives
En savoir plus »

Lien Permanent pour cet article : http://www.pg87.fr/a-lest-de-limoges/

Avr 05

Pour le service public du rail en Nouvelle-Aquitaine !


Mobilisons-nous contre la nouvelle convention TER en Nouvelle-Aquitaine!

Le 12 avril, les cheminot·e·s de Nouvelle-Aquitaine sont appelé·e·s à la grève et à la mobilisation contre la nouvelle convention régionale TER qui sera discutée ce jour-là au Conseil Régional.

Cette convention est une étape décisive dans le démantèlement du service public unifié du rail, que le gouvernement poursuit de concert avec la majorité PS au Conseil Régional – car Alain Rousset n’a jamais fait mystère de ses convictions libérales sur ce sujet comme sur beaucoup d’autres. La Nouvelle-Aquitaine est d’ailleurs l’une des premières régions françaises à compartimenter son réseau régional en lots afin d’y instaurer la concurrence. Ce faisant la majorité PS-EELV s’apprête à avaliser un retour à la SNCF d’avant 1937… alors même que nos voisins européens, pourtant à l’impulsion des privatisations, renationalisent des lignes à l’image de l’East-Cost (Londres-Edimburg). 70% des Britanniques souhaitent aujourd’hui renationaliser l’ensemble de leurs chemins de fer !

L’obsession de la réduction des coûts et de la casse du service public se manifeste aussi par la diminution du nombre d’agents à bord, avec le déploiement de brigades de contrôles ponctuels à la place des contrôleurs affectés au train sur certaines lignes, mais aussi bien sûr avec les fermetures de gares et les réductions des horaires d’ouverture, à Agen comme à Pau, à Périgueux comme à Orthez ou à Eymoutiers.
La convention TER acte une baisse considérable des dotations publiques : – 38 millions d’euros, concentrés aux deux tiers sur la période après les prochaines élections régionales. Dans un contexte de dégradation du service faute d’investissements suffisants, la politique d’Alain Rousset et de sa majorité PS-EELV relève du sabotage.

En savoir plus »

Lien Permanent pour cet article : http://www.pg87.fr/pour-le-service-public-du-rail-en-nouvelle-aquitaine/

Mar 31

Élections européennes, soyons notre propre banque !

Ils ont l’argent, on a les gens ! L’emprunt populaire, comment ça marche ?

Finactions est la plateforme de financement dédiée à la campagne des européennes de la France insoumise. C’est l’endroit où nous pouvons soutenir financièrement nos candidat⋅e⋅s.

La transparence est pour nous un engagement fondamental : l’utilisation des ressources financières récoltées grâce aux dons est publique. Nous rendons accessibles toutes les informations qui permettent aux citoyen⋅ne⋅s d’exercer leur vigilance sur le financement de la campagne électorale du mouvement. Nous publions donc ce que nous récoltons et ce que nous dépensons.

Rendez-vous sur https://finactions.fr/

Lien Permanent pour cet article : http://www.pg87.fr/elections-europeennes-soyons-notre-propre-banque/

Mar 30

Le ferroviaire, un enjeu d’avenir pour nos territoires

Selon le dernier rapport du GIEC, la stabilisation du réchauffement climatique à 1,5°C par rapport à l’ère pré-industrielle resterait théoriquement possible, à condition de « modifier rapidement, radicalement et de manière inédite tous les aspects de la société « . Pour y parvenir, il faut baisser les émissions mondiales de gaz à effet de serre de 45% d’ici 2030. Nous disposons donc d’une dizaine d’années pour opérer ce changement radical. Cela implique en particulier de garder et développer un maillage ferroviaire fin de nos territoires…

Contact : comite.vigilance.limousin@gmail.com

LE SAMEDI 06 AVRIL 2019

Le Comité de Vigilance Citoyenne du Limousin composé de partis politiques, d’associations de défense du ferroviaire et de la CGT cheminot, organise une conférence sur l’avenir du ferroviaire en Limousin en lien avec les fermetures partielles ou définitives de certaines lignes comme

Limoges – Angoulême

Limoges – Brive par St Yrieix

Limoges – Ussel

Tulle – Ussel

L’objectif étant de travailler au désenclavement du territoire Limousin, a son développement par le transport de voyageurs et de FRET, des propositions seront mises en débat pour fédérer un maximum de personnes.

Après avoir organisé ou participé à plusieurs débats à Eymoutiers, St Junien et Meymac, cette réunion permettra de rassembler l’ensemble des acteurs locaux que sont les maires, les élus régionaux, les députés, les sénateurs, les citoyens afin de proposer et gagner des moyens de transport ferroviaire en complémentarité avec la route.

PROGRAMME

8H30 – 9H00 : Accueil des participants

9h05 – 9h40 : Intervention de Vincent Doumayrou, journaliste, auteur du livre : « La Fracture Ferroviaire » pourquoi le TGV ne sauvera pas le chemin de fer

9h40 – 12h00 : débat autour du maintien et développement du ferroviaire en Limousin

12h00 : Conclusions

Lien Permanent pour cet article : http://www.pg87.fr/le-ferroviaire-un-enjeu-davenir-pour-nos-territoires/

Mar 21

La France insoumise à Rochechouart

Manon AUBRY, tête de la liste France insoumise

Le 26 mai, je vote La France Insoumise

Les traités actuels forcent les États à appliquer des politiques d’austérité. Pour respecter les règles budgétaires, on ferme nos services publics, on gèle nos salaires et nos retraites. Retrouvons au contraire la liberté d’investir : pour le progrès social et la transition écologique !

Ce que nous défendons :

  • Réviser les traités actuels qui imposent l’austérité budgétaire et le contrôle des budgets nationaux par la Commission européenne non-élue.
  • Mettre fin à l’indépendance de la Banque centrale européenne vis à vis des élu.e.s et la placer sous le contrôle d’une instance démocratique afin de financer l’emploi et la transition écologique.
  • Dissoudre la Troïka (FMI, Commission européenne et BCE) et refuser tout nouveau commissaire européen issu de la finance ou complice de l’étranglement de la Grèce et de Chypre.
  • Instaurer un principe de faveur social et environnemental : les droits nationaux les plus favorables doivent être étendus aux autres états.
  • Instaurer une clause de non régression des droits nationaux quand ils sont plus favorables que le droit européen.
  • Conditionner toute entrée de nouveaux membres à une harmonisation sociale, fiscale et environnementale préalable pour éviter la concurrence déloyale entre pays membres.

En finir avec le dogme de l’austérité budgétaire et étendre les droits sociaux et environnementaux.


Lien Permanent pour cet article : http://www.pg87.fr/la-france-insoumise-a-rochechouart/

Mar 05

Promettre de faire en Europe ce que l’on ne fait pas dans son propre pays ?

La tête de liste de la France insoumise « Maintenant le Peuple ! » pointe la duplicité de l’argumentaire de campagne européenne du Président Macron qui vient de saturer comme jamais l’espace médiatique. « La “renaissance européenne”, ce n’est pas Emmanuel Macron, mais La France insoumise qui l’incarne, en défendant la sortie des règles austéritaires et anti-démocratiques actuelles, pour faire une Europe des peuples, fondée sur l’intérêt général humain et la protection de la planète.« 

Communiqué de presse de Manon Aubry, tête de liste aux élections européennes.

Emmanuel Macron prétend combattre le dogme de l’austérité et du tout concurrence de la Commission européenne. Pourtant, ce sont ces recettes qu’il applique, aux mépris des mobilisations citoyennes.

Emmanuel Macron a toujours été le garant dévoué d’une Union européenne libérale. Il a fait de la règle des 3% de déficit son engagement de campagne. Il a asséné 60 milliards d’économies et la suppression de 120 000 postes de fonctionnaires en France. Macron garde ce cap mortifère en Europe, et gagne du temps en faisant diversion.

Emmanuel Macron promet une Europe ambitieuse sur le climat. En France, il ne cesse de reculer sur nos objectifs climatiques et sur la sortie du nucléaire. Il signe de nouveaux accords de libre-échange qui ravagent notre planète en organisant le grand déménagement du monde. Macron fixe des objectifs sans remettre en cause un système économique qui détruit la planète.

Seule la rupture avec les traités européens actuels permettra de répondre à la crise sociale et environnementale. La “renaissance européenne”, ce n’est pas Emmanuel Macron, mais La France insoumise qui l’incarne, en défendant la sortie des règles austéritaires et anti-démocratiques actuelles, pour faire une Europe des peuples, fondée sur l’intérêt général humain et la protection de la planète.

Le 4 mars 2019.

Lien Permanent pour cet article : http://www.pg87.fr/promettre-de-faire-en-europe-ce-que-lon-ne-fait-pas-dans-son-propre-pays/

Articles plus anciens «

Fetch more items