«

»

Mar 15

Imprimer ceci Article

Pesticides en Limousin, des médecins lancent l’alarme

Plus de quatre-vingts médecins limousins prennent leur responsabilité, s’appuyant sur des études scientifiques que nul ne peut plus ignorer, ils alertent sur la dangerosité de ces produits dont notre région n’est pas exempte, loin s’en faut, notamment sur les plantations d’arbres fruitiers.

Epandage en corrèzeIls en appellent donc à la réaction urgente de chacun, qui ne pourra vraiment être effective qu’accompagnée d’un engagement ferme et clair des pouvoirs publics locaux et nationaux.

Car il faut être réaliste, cela suppose « d’inverser le processus de concentration des exploitations et d’y favoriser de manière significative l’accroissement de l’emploi agricole, condition incontournable d’une diminution réellement globale de l’utilisation des pesticides ». C’est tout dire de la justification économique des pesticides et de l’immense défi à relever par la société, celui de l’agroécologie.

 Voici leur appel :   » Médecins, nous avons choisi le cadre de la semaine pour les alternatives aux pesticides afin de mettre en avant la dimension sanitaire dans ce débat. Elle ne le résume pas car la dimension environnementale est elle aussi incontournable … Nous tenons à préciser que nous ne cherchons pas à montrer du doigt une profession, mais que chacun doit prendre ses responsabilités. A nous d’assumer les nôtres en alertant sur les dangers de ces produits, particulièrement pour certaines catégories de la population (ceux qui y sont le plus exposés, ainsi que les femmes enceintes et les enfants).

Car des liens sont établis en milieu professionnel entre l’utilisation de pesticides et
certaines pathologies : Des cancers, « Les expositions professionnelles aux pesticides ont été plus particulièrement mises en cause dans les hémopathies malignes lymphoïdes. Des études en populations agricoles suggèrent leur implication dans les tumeurs cérébrales et dans les cancers hormono-dépendants (cancers de la prostate, du sein, des testicules, de l’ovaire »(1) des troubles neurologiques comme la maladie de Parkinson (2).
« chez l’enfant, l’utilisation domestique de pesticides, notamment d’insecticides
domestiques, par la mère pendant la grossesse et pendant l’enfance a été régulièrement associée aux leucémies et, à un moindre degré, aux tumeurs cérébrales »(1)
Surtout il faut rappeler, comme l’a fait l’INSERM que « près d’un millier de molécules ont été
mises sur le marché en France ; les risques liés à ces molécules ne peuvent être évalués faute de données toxicologiques et épidémiologiques suffisantes. »(1)
Si peu d’études ont porté sur l’ensemble de la population et les riverains, plusieurs
montrent toutefois que des expositions environnementales sont susceptibles de causer des cancers et des maladies de Parkinson. Comme aux Antilles avec la chlordecone (3) ou chez des riverains exposés à des fongicides de la famille des carbamates et à du paraquat (4).
Or personne ne le conteste, l’imprégnation de la population est générale : les pesticides
ont largement contaminé l’environnement, aussi bien les eaux de surface que les eaux de pluie, aussi bien les sols que nos organismes (90% de la population française est contaminée par les organophosphorés) (5). Plus préoccupant, dans la cohorte PELAGIE en Bretagne, seuls 1,6% des échantillons d’urine de femmes enceintes ne contiennent pas de trace des pesticides recherchés(6).
Mais si l’on retrouve une imprégnation à « faibles doses » dans la population générale,
cela n’est pas rassurant pour autant : en effet de nombreux pesticides sont des perturbateurs endocriniens, substances chimiques soupçonnées d’être l’une des causes de la recrudescence de certains troubles (infertilité, cancers hormonodépendants, obésité, etc.). Parce que leurs effets ne dépendent pas de la dose, mais de la période d’exposition, qu’ils ne sont pas linéaires, qu’ils s’ajoutent à ceux d’autres substances (effet cocktail) et qu’ils sont susceptibles d’être transgénérationnels, les perturbateurs endocriniens sont au centre d’une attention grandissante comme l’a reconnu Madame Delphine Batho, ministre de l’Ecologie, du Développement durable et de l’Energie lors du colloque international sur les perturbateurs endocriniens des 10 et 11 décembre 2012 (7).

Or comme le souligne le rapport sénatorial sur les pesticides et la santé (8), le cadre
réglementaire européen ne protège ni les agriculteurs ni les consommateurs puisque l’UE n’a toujours pas validé de méthode permettant de déterminer si un pesticide est un PE ou non. Il faudra donc beaucoup d’études, beaucoup d’argent et beaucoup de temps pour
objectiver plus avant ces risques sanitaires que l’on peut craindre dévastateurs.

Aussi nous souhaitons poser deux questions simples :
– Peut-on s’abstenir de prendre des précautions dès maintenant ?
Ce serait à nos yeux totalement inconséquent et irresponsable.
– Des alternatives, économiquement viables sont-elles possibles ?
Nous pensons que Oui, et elles sont connues.

C’est pourquoi les médecins signataires de ce texte se déclarent :
– solidaires des demandes d’interdiction des épandages aériens (9), et des
mesures de réduction des risques vis à vis des populations vivant à proximité des
cultures à forte utilisation de pesticides (signalisation sur les routes et chemins traversant
les zones d’épandages, distance de sécurité avec les habitations) et vis-à-vis des
agriculteurs (information sur les risques des produits et l’usage des protections individuelles par des institutions distinctes des vendeurs).
– solidaires des collectivités territoriales signataires de la charte zéro pesticide.
– Solidaires de toutes les initiatives qui permettront une transition vers des
filières agricoles n’utilisant pas de pesticides. A ce titre l’introduction de l’alimentation
biologique dans les cantines scolaires nous parait un moyen à la fois d’obéir à un principe de sécurité sanitaire et de structurer des filières utilisant les principes de l’agroécologie.
– Solidaires de tous les projets de transition de l’agriculture qui se proposent de
stopper et d’inverser le processus de concentration des exploitations et d’y favoriser de
manière significative l’accroissement de l’emploi agricole, condition incontournable d’une
diminution réellement globale de l’utilisation des pesticides.
Et demandent que notre Région Limousin s’engage résolument vers l’objectif d’une réduction de 50 % des pesticides à l’horizon 2020. »

http://www.franceinfo.fr/societe/alerte-aux-pesticides-lancee-par-des-medecins-limousins-920651-2013-03-15

Liste des médecins signataires au 15 mars 2013

Références :
(1) Expertise INSERM « cancers et environnement » octobre 2008
(2) Inscrite au tableau des maladies professionnelles agricoles depuis 2011.
(3) BEH 08-02-2011(bulletin épidémiologique hebdomadaire édité par l’INVS : Institut
National de Veille Sanitaire) Chlordecone aux Antilles : bilan actualisé des risques sanitaire
(4) La Recherche septembre 2009, Les pesticides doublent le risque de maladie de Parkinson S Costello et al, American Journal of Epidémiologie,169, 919, 2009
(5) Institut national de veille sanitaire (INVS) « Exposition de la population française aux
polluants de l’environnement » (volet environnemental de l’étude nationale Nutrition Santé,
septembre 2010). Disponible à l’adresse : www.invs.sante.fr
(6) BEH : du 16 juin 2009
(7) Discours de Delphine BATHO Ministre de l’Écologie, du Développement durable et de
l’Énergie. Discours d’ouverture de la Ministre lors du colloque international sur les
perturbateurs endocriniens des 10 et 11 décembre 2012 dans le cadre du Programme
National de Recherche sur les Perturbateurs Endocriniens.
(8) Rapport sénatorial adopté à l’unanimité des groupes politiques au sénat : « Pesticides, vers le risque zéro », accessible sur le site du sénat : www.senat.fr. Ce rapport dresse cinq
constats : – les dangers et les risques des pesticides sont sous-évalués
– la nécessité d’améliorer la procédure d’autorisation de mise sur le marché des
pesticides (AMM) et le suivi post AMM
– l’absence de protection contre les pesticides à la hauteur des dangers et des
risques
– la nécessiter de mieux cerner les limites des modèles et des pratiques
industriels, commerciaux et agricoles.
– revoir le plan Ecophyto 2018 : conçu à la suite du Grenelle de l’Environnement
en 2008 pour permettre une division par deux de la quantité de pesticides utilisée par la
France à l’horizon 2018, la mission sénatoriale a en effet constaté qu’au tiers de la durée de
ce plan l’usage avait augmenté au lieu de se réduire.
(9) Il existe un principe général européen d’interdiction des épandages de pesticides par
aéronefs mais les Préfectures peuvent accorder localement des dérogations. Le rapport
sénatorial réclame également la fin de ces dérogations.

Lien Permanent pour cet article : http://www.pg87.fr/pesticides-en-limousin-des-medecins-lancent-lalarme/

9 comments

Passer au formulaire de commentaire

  1. bayle philippe

    Bonjour
    peux t on connaitre le signataires de cette petition par simple curiosite d avance merci
    cordiialement philippe bayle

    1. PG-87

      Bonjour Philippe, la liste des signataires, au 15/03/2013, vient d’être ajoutée en lien en fin de texte. Cette liste n’est pas terminée, la pétition reste ouverte aux médecins de la région qui souhaiteraient s’y joindre ultérieurement.

  2. Un partageux

    Ne pas oublier que l’agriculture n’est pas la seule consommatrice de pesticides. Le désherbage des voies ferrées, de la voirie publique, des surfaces industrielles (parkings, entrepôts, etc.) utilise des volumes considérables d’herbicide. Les particuliers consomment encore beaucoup de pesticides (herbicides, insecticides, fongicides) dans les jardins, cours et chemins.

    Le désherbage thermique (vapeur le plus souvent) des voies ferrées, s’il est efficace, présente le gros inconvénient d’être gourmand en énergie.

    Il est très facile de ne plus désherber la voirie publique. Il suffit d’accepter la présence d’herbes folles, surtout lors de la pousse du printemps, dans les rues peu fréquentées, à l’angle des trottoirs et dans les fissures du bitume. C’est seulement un défi culturel que de faire passer l’idée que ce n’est pas « sale » ou négligé de voir de l’herbe s’immiscer dans le paysage urbanisé… Comme c’est un défi culturel de laisser pousser l’herbe qui ne ressemble plus à une moquette verte dans les parcs ou sur les bas-côtés des routes.

  3. bayle philippe

    Bonjour jean pierre
    Y a t il une pétition ouverte au grand public de prévue?
    cdt philippe

    1. PG-87

      De prévue non, c’est une initiative de médecins, revendiquée comme telle.
      Bien évidement, toute autre action allant dans le même sens sera la bienvenue.

  4. Un partageux

    Flûte, j’ai coupé malencontreusement mon premier paragraphe qui disait tout le bien que je pense de cette initiative !

    Voilà qui donne l’occasion d’écrire que la chimie est présente partout. Cf les vêtements :
    http://www.bastamag.net/article2907.html

    1. PG-87

      Tout à fait, et les lingettes pour les fesses des bébés, les plastiques, les notes de caisses avec encre au bisphénol (…) et ne parlons même pas de la clop !

  5. meurant

    Ancien du traitement anti termite 20 ans d’expérience ancien expert Veritas tropique et métropole
    retraité depuis 2006.
    J’ai travaillé au cahier des charges applicateurs et experts du traitement.
    Ma connaissance du phyto pourrait être utile

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.