«

»

Avr 04

Imprimer ceci Article

« Stratégie 2020 » toujours moins pour le CHU de Limoges

Il y a maintenant de nombreuses années que nos autorités malmènent et torturent lentement ce bien commun et si précieux Hôpital public qui doit nous garantir à tous des soins de grande qualité quelques soient nos moyens.

« Stratégie 2020 », le nouveau plan de « modernisation » du CHU de Limoges est surtout et avant tout un nouveau plan de réduction des effectifs et des moyens d’accueil mis à disposition de la population. L’intersyndicale CFDT, CGT et SUD se mobilisent contre ce projet. (Voir  la pétition en fin d’article)

Un plan social

Ce plan comprend un volet social en décalage avec l’activité de l’établissement et les besoins de la population. Il comprend la suppression de 158 postes. La majeur partie de ces postes devrait concerner les agents techniques et cela au moment même où on annonce la construction de nouveaux bâtiments (deux nouveaux projets immobiliers à venir). Les personnels dans les services font appel quotidiennement aux services techniques qui croulent déjà sous le travail. Comment penser que la suppression de ces postes n’aura pas d’impact direct ou indirect sur les soins aux patients.

Le Directeur annonce qu’il n’y aura pas de licenciement mais des départs à la retraite et des requalifications dans l’établissement et que les services principalement concernés seront la blanchisserie et la restauration. Et cela au moment même où l’on apprend qu’il est prévue une « mutualisation des moyens » de la restauration entre le CHU et l’hôpital de Saint-Junien : le CHU prenant la charge de la restauration de l’hôpital Roland Mazoin.

Il est aussi prévu d’attaquer les acquis des personnels, étant moins nombreux et pour assurer la continuité des interventions, il est prévu de leur demander de travailler un peu moins chaque jour : 10, 15, 20 minutes (temps qu’ils feront probablement quand même pour terminer leurs tâches) de manière à grignoter des jours de « RTT » durement acquis contre un gel des salaires pendant de nombreuses années. Mais aussi une remise en question de la légitimité des astreintes, des heures supplémentaires, de la durée quotidienne de travail des 28 CA au mépris de l’accord local sur les 35 heures.

La diminution de l’offre de soin

Quant à la fermeture de 101 lits… (36 ont été fermés en 2017) cela est incompréhensible. Le CHU de Limoges est régulièrement en situation «d’hôpital en tension », du fait de la saturation des capacités d’accueil. Le service des urgences devient alors un immense hall de gare rempli de brancards sur lesquels les patients, douloureux, fragiles sont malmenés, sans intimité, entourés d’un personnel épuisé qui tente de faire face et qui ressentent immanquablement une souffrance terrible liée à la perte de sens de leur travail.

Le déficit budgétaire

La direction de l’hôpital explique devoir « revenir à l’équilibre budgétaire » d’ici 2020, condition à laquelle l’ARS (Agence régionale de Santé) accepte de soutenir le financement de nouveaux bâtiments.

Mais le déséquilibre budgétaire des hôpitaux publics est un fait orchestré par nos autorités : en effet, le principe est simple, c’est la tarification à l’activité (T2A) ! Vous dîtes que la prise en charge globale d’une appendicectomie vaut un certain prix qui sera reversé à l’hôpital pour l’avoir pratiquée… puis d’année en année, tandis que le prix des fournitures augmente, que les nouveaux médicaments sont toujours plus onéreux… vous réduisez d’année en année le tarif de l’appendicectomie et de ce fait appauvrissez tous les établissements. La T2A est la corde au cou des établissements publics qui commencent à convulser.

L’appel des 1300

Un collectif de médecins et de cadres de santé des hôpitaux publics s’est monté pour dénoncer ce système absurde de financement. « L’appel des 1300 » a commencé plus modestement par une tribune rédigée par quelques-uns, très vite rejoints notamment par de nombres médecins du CHU de Limoges. La tribune a été publiée dans les colonnes du journal « Libération ». Ce collectif fait le constat d’une volonté de modernisation permanente, mais dans le respect du principe du  « juste soin pour tous au moindre coût pour la collectivité » : hors la T2A appauvri les établissements et il faut revoir le mode de financement des hôpitaux.

Une délégation de sept signataires a été reçue par Madame la Ministre Agnès Buzyn le 27 février dernier, et si le discours a été plutôt rassurant sur le constat : « Si j’étais encore une hospitalière, j’aurais probablement signé l’appel » aurait reconnue la ministre, il semble qu’il existe dans ce domaine également, un double discours. La ministre a annoncé la mise en place de groupes de travail ministériels qui doivent rendre leurs conclusions fin mai. La revendication première était que les soignants devaient être impliqués dans la réflexion sur un nouveau mode de financement des hôpitaux publics. Or, à l’heure actuelle, aucune audition des soignants n’a été réalisée et personne ne sait quelle est la méthode de travail de ces groupes.

« Stratégie 2020 » n’est qu’un projet de plus qui ira vers l’appauvrissement programmé de l’offre des soins généralisé de l’hôpital public faisant la part belle, ça et là, au secteur privé qui ne cesse de se développer, parallèlement à l’inégalité d’accès aux soins.

Tandis que des actions nationales, comme celle de l’appel des 1300, se mettent en place, c’est collectivement et localement que les batailles devront être menées sur chaque territoire.

Soutenez l’action de l’intersyndicale : Pétition « Non à l’hôstérité ! »

 

Lien Permanent pour cet article : http://www.pg87.fr/strategie-2020-toujours-moins-pour-le-chu-de-limoges/

1 comment

  1. cavelier

    Bonjour$Pétition signée bien sur et Commentaire)Ã Résumer en  » Soyons Forts contre ; ))Ã2Ã d’ordonnances … » Pour un Retour à un Véritable Humanisme … !!! Cordialement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.