«

»

Fév 18

Imprimer ceci Article

A la BFM: la gratuité, rien que la gratuité, toute la gratuité…

Cnoeude texte n’est pas une pétition. C’est une contribution citoyenne qui s’inscrit dans une démarche commune. Celles et ceux qui se retrouvent dans les valeurs qu’il exprime peuvent s’y associer  sous les formes qui leur conviennent (faire connaître le lien, faire circulé le texte, déposer un commentaire,…) Il s’agit de faire vivre et de partager une façon d’envisager l’organisation de la société. Il s’agit aussi de réagir à l’actualité et d’enrichir le débat.

La gratuité, rien que la gratuité, toute la gratuité… 

(où il est – encore ! – question de la remise en cause de la gratuité à Limoges…)

« Vous rigolez ? Rien n’est gratuit ! »

C’est vrai… Parlons-en !

Car nous ne défendons pas que la gratuité. Nous défendons aussi « le principe universel de la gratuité ».

Alors, pourquoi, comment ?

La BFM, la polémique

De quoi parlons-nous ?

De la polémique concernant l’hypothétique fin de la gratuité de la BFM de Limoges.

Tout d’abord, disons que nous aurions apprécié, afin que le débat s’installe dans de bonnes conditions, que tous les éléments aient été portés au dossier, et pas seulement son aspect spectaculaire, donc incomplet, voire inexact. Nous ne défendons personne, nous essayons d’informer et de défendre l’intérêt du plus grand nombre contre l’intérêt de quelques-uns. Concernant la BFM, selon les informations que nous avons, il serait question de faire payer les « non-résidents » à Limoges.

La gratuité et ses avantages

La gratuité nous la défendons, car c’est le seul moyen d’offrir le même service à chacun.

La gratuité est un choix politique, une ligne budgétaire.

C’est un moyen simple et efficace pour ne pas fabriquer d’injustices, d’inégalités de traitement des personnes, des territoires, d’éviter les stigmatisations.

« Mais… rien n’est gratuit ! »

C’est vrai… C’est payé par les impôts.

Comme l’école, comme les animations en centre-ville, les décorations florales, etc. qu’on ne fait pas payer aux « non-résidents »…

Or, avec la politique menée par la mairie, plus ça va, plus le limougeaud et le non-limougeaud comprennent qu’en toute occasion on leur propose une facture. Nous rentrons pleinement dans le « monde du tout marchand », et ce n’est pas l’avenir que nous souhaitons.

Le « résident » à Limoges doit payer de plus en plus souvent une double facture : celle du contribuable (impôts), celle du client (facture, ticket d’entrée…).

Le « non-résident », souvent rejeté hors de Limoges parce qu’il ne peut y payer un loyer ou y acquérir un bien immobilier, paye un surplus (en plus de l’essence et du temps passé pour offrir à son enfant ce qu’il ne trouve pas là où il habite; par ex: la nouvelle piscine 5€30 l’entrée contre 4€40 pour l’adulte, 4€20 contre 3€30 pour l’enfant de moins de 12 ans… 1€80 à chaque fois. On répliquera, quand on a les moyens, que “ce n’est pas grand chose…”).

Une nouveauté dans ce dispositif «marchand»: la mairie proposerait aujourd’hui de faire payer au « non-résident » ce qui est gratuit pour les « résidents ». Une belle leçon de solidarité, une de plus !

Les effet pervers : tout devient compliqué (l’organisation, le cas par cas,  facturer et contrôler cela coûte aussi, pour quel service rendu ? Restreindre un peu l’accès à la lecture, à la culture ?), et chacun regarde comment l’autre est traité : paye-t-il plus ou moins, et pourquoi, et patati et patata… ?

Le principe universel de la gratuité

Le principe universel va plus loin… Il ne s’agit pas de rendre gratuit le service rendu aux personnes en difficulté ou défavorisées seulement. Non, la gratuité c’est pour tout le monde ! (quels que soient les moyens – très faibles ou très élevés).

La gratuité ne concerne pas seulement ceux qui payent leurs impôts dans la ville qui offre le service. Non, la gratuité c’est pour tout le monde (quel que soit le lieu de résidence…).

Voilà pourquoi, s’il s’avérait que la municipalité de Limoges prévoit une remise en cause des conditions d’accès à la BFM, nous serions en première ligne pour défendre la gratuité, les gratuités (accès aux arts, à la culture, aux transports, au périscolaire, etc.) et le principe universel de la gratuité.

Limoges, le 7/02/2015

Mise à jour du 14.02.2015

Suite au Conseil Municipal du 11.02.2015:

– 1. Il est avéré que l’équipe municipale poursuit bien les projets dont la rumeur l’accusait…

– 2. Il est avéré aussi que le groupe des élus PS a manqué de précision sur sa position quant à la fin de la gratuité pour les seuls non-limougeauds non étudiants… .

Pour notre part, nous restons en première ligne pour débattre l’intérêt collectif face aux intérêts particuliers, les valeurs du “vivre ensemble” et le principe universel de la gratuité face aux logiques marchandes et discriminatoires.”

A lire  : La gratuité, pas la charité !    /  Gratuité un jour… /    Pour la gratuité du Périscolaire à Limoges…

travaux10641041_326702900840304_1243711488296228400_n-1

Lien Permanent pour cet article : https://www.pg87.fr/a-la-bfm-la-gratuite-rien-que-la-gratuite-toute-la-gratuite/

1 ping

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.