«

»

Oct 05

Imprimer ceci Article

Le garant final ne sera pas la monnaie

Sous le titre « Sortie de la prison monétaire de l’Eurozone », cet extrait de La déclaration programmatique d’Unité Populaire, front politique de la gauche de combat en Grèce, scission de “l’aile gauche” de Syriza, remet la monnaie à sa juste place dans le débat politique et économique : un outil qui sert finalement toujours ceux qui ont de manière effective le pouvoir. A proposer à la réflexion des « monoidéistes » pro ou anti monnaie unique, qui, au-delà de théories économiques qu’ils imaginent mécaniques, négligent cette simple évidence : le garant final ne sera pas la monnaie, mais la lutte des classes populaires.

« La reconquête de la souveraineté monétaire et l’institution – sur de nouvelles bases : démocratiques, sociales et orientées vers la croissance – d’une nouvelle monnaie, ne constituent pas un objectif per se. Elles ne constituent que l’un des outils nécessaires à la réalisation des changements radicaux que nous avons décrits ; de ces changements, le garant final ne sera pas la monnaie, mais la lutte des classes populaires. »

UPAlors que certains commentateurs font mine de ne pas la saisir, le nœud de compréhension de l’opposition entre les anti-euro de droite et de gauche y est clairement évoqué :

« Nous ne sommes pas nostalgiques de la Grèce capitaliste de la drachme. Nous savons pertinemment que la situation de notre pays, avant l’euro, était tout sauf idyllique. »

« La reconquête de la souveraineté monétaire, avec la Banque de Grèce désormais libérée de la BCE, fonctionnant sous la responsabilité gouvernementale, publique et sociale, et l’émission d’une monnaie nationale, offrira les liquidités nécessaires à l’économie, sans les conditions odieuses des accords d’emprunt. Elle aidera de façon décisive au soutien des exportations, à la limitation et au remplacement graduel des importations par des produits locaux, et au renforcement de la base productive du pays et du flux touristique.
drachmeuroElle favorisera la création d’emplois, au moyen d’un programme de nécessaires investissements publics de production, d’initiatives de développement des grandes entreprises publiques, de soutien du secteur public de l’économie et de rétablissement du crédit accordé aux PME. La suppression des charges, notamment fiscales, pesant sur les revenus modestes et moyens et sur les entreprises – imposées par les Memoranda aux seules fins d’assurer le service de la dette non viable – revigorera la demande et conduira à la croissance. Nous présenterons et soumettrons au débat, de façon globale, un plan spécifique pour la Grèce, qui appliquera un programme radical, progressiste avec une monnaie nationale. »

Que dire de ce qui précède ?

Qu’il n’est pas possible de faire l’économie d’une remise en question de la nature de la “croissance” que l’on vise. Ce ne peut-être imaginer relancer le système tel qu’il était, pour d’évidentes raisons sociales et environnementales. C’est là le sujet d’un questionnement écosocialiste.

Oui le garant final de tout véritable changement de politique n’est pas l’instauration de telle ou telle monnaie “magique”, mais le rapport de force institué par le peuple, les peuples, aux niveaux national et européen. Un plan B, crédible car assumé, et applicable si nécessaire, c’est à dire si la gouvernance de l’euro ne se laissait pas infléchir par un réel et nouveau rapport des forces, en est une condition nécessaire, mais pas suffisante.

Ce qui se passe en Grèce n’a pas fini de nous ouvrir les yeux.

Lien Permanent pour cet article : https://www.pg87.fr/le-garant-final-ne-sera-pas-la-monnaie/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.