«

»

Nov 11

Imprimer ceci Article

Petite histoire de la gratuité ou comment les mairies communistes ont été des pionnières de la gratuité !

(Dessin militant du M'pep)

(Dessin militant du M’pep)

Le débat sur la gratuité suscite semble-t-il beaucoup d’intérêt. Un internaute “partageux” signale (grand merci à lui) sa contribution “gratuite”: un rappel fort instructif de quelques pages d’ histoire de la gratuité…

Les municipalités communistes de la banlieue rouge ont créé des «patronages» aujourd’hui centres aérés, des bibliothèques, des universités populaires, des maisons de quartier, des maisons des jeunes, des clubs des anciens, des clubs cinéma, etc. Enfin, bref, plein de services gratuits. Et gratuits pour tous…

Dans son livre de souvenirs Nathan Korb — Francis Lemarque — raconte ses courses à pied organisées par la Fédération sportive du travail, organisation satellite du Parti communiste. Nathan est un bon coureur mais ses parents sont si pauvres… On lui prête même les godasses pour sa première compétition officielle ! Les communistes de l’époque ne triaient pas selon les moyens financiers et y’avait des copains beaucoup moins pauvres qui en possédaient plusieurs paires…
Hervé est un technicien du spectacle aujourd’hui en retraite. Il me raconte, des étoiles plein les yeux, que dans les années 70 il a bossé pour le Théâtre des Quartiers d’Ivry sous la direction d’Antoine Vitez.
– On allait jouer dans tous les quartiers d’Ivry. Tous ! Fallait tout monter sur la place ou dans la rue barrée pour l’occasion. Y’avait tout le quartier qui venait — les gosses, les ouvriers en bleu, les mères de famille, les employées, les vieux — et on donnait des représentations pour mille personnes ou plus ! C’était vraiment la fête du quartier ! Et le lendemain ou deux jours plus tard on jouait cinq cents mètres plus loin et il y avait autant de monde. Ça faisait une « tournée » qui durait plusieurs semaines. Rien que dans Ivry ! Je ne sais pas combien d’habitants d’Ivry ont vu Molière, Racine ou Brecht avec Vitez mais le total ferait pâlir d’envie nos théâtreux d’aujourd’hui ! Et c’est pas parce que c’était gratuit que la qualité était médiocre “.

On ne saurait que conseiller la lecture intégrale de cette belle page d’écriture: “Sur la neige, j’écris ton nom gratuité”

A signaler aussi les campagnes menées ailleurs par nos camarades communistes, qui dans le Nord  (http://nord.pcf.fr//Action-gratuite-des-transports-a.html), qui à Clermont-Ferrand, pour la gratuité des transports publics locaux. (http://rougeespoir.over-blog.com/2013/10/et-si-on-osait-la-gratuité-des-transports-en-commun.html)

 

Lien Permanent pour cet article : https://www.pg87.fr/petite-histoire-de-la-gratuite-ou-comment-les-mairies-communistes-ont-ete-des-pionneres-de-la-gratuite/

1 comment

  1. philippe

    fort bien alors mais ce posera alors la question de la propriété collective. quand allons nous nous attaquer à ces boites privées qui contrôlent et monopolisent des services qui devraient être à mon avis publics et dont la seule religion est profit et encore plus de profit toujours ce même si une minorité de la population en profite du fait de tarifs de plus en plus élevés. je pose cette question qui devrait être a mon avis votre priorité. il me semble que ce serait justement cette stratégie concrète qu’il faudrait mettre en marche sur le terrain, mais force est de constater que pour l’instant les monopoles de ces grands groupes ne sont pas trop mis a mal à limoges visiblement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.